Comment calculer le nombre de pièces pour une assurance habitation ?

Comment calculer le nombre de pièces pour une assurance habitation ?

Souscrire à une assurance habitation vous amène à déclarer le nombre de pièces de votre logement. Cependant toutes les pièces ne sont pas sujettes à une déclaration. Dans ce cas comment calculer le nombre de pièces pour une assurance habitation ? Le présent article vous donne les informations nécessaires pour dresser l’inventaire des pièces de votre logement.

Comment déterminer le nombre de pièces dans un logement ?

Une pièce peut être déclaré lors de la souscription à une assurance habitation si elle comporte une surface minimum de 9m2 et de 30m2 maximum. Toutefois, chez certaines compagnies d’assurances, la surface maximale peut être de 40m2. Il est donc recommandé de vous référer à votre contrat d’assurance habitation pour plus de précisions.
Seules les pièces principales comme le salon, la chambre, le bureau… sont prises en compte. La salle de bain et les pièces de services telles que la cuisine, les couloirs ne sont pas à comptabiliser. Le dressing peut éventuellement être considéré comme une pièce lorsque sa surface est comprise entre 9 et 30 ou 40m2.
En dehors de la cuisine et des salles de bains, certaines pièces sont également à exclure. Il s’agit de l’entrée, du garage, du grenier, des débarras et du sous-sol. Ces données peuvent varier en fonction de la compagnie d’assurance.

A découvrir également : Digitaleo, acteur incontournable de la communication multicanale

Les espaces excédant 30 ou 40m2 comptent pour deux pièces dans l’évaluation des pièces de votre logement et celles dépassant 80m2 comptent pour trois. Cependant une exception à cette règle est la véranda qui est considérée comme une pièce quelques soit sa surface.

Pourquoi calculer le nombre de pièces à déclarer ?

La détermination du nombre de pièces dans un logement permet à votre assureur d’évaluer tous les risques liés à celui-ci. Il permettra également de fixer le montant de cotisation adapté. Raison pour laquelle, il est nécessaire de déterminer la taille de votre logement lors de la souscription à une assurance habitation. Dès lors, toutes les pièces de votre logement sont systématiquement protégées même ceux qui n’ont pas été prises en compte dans le calcul.
Aussi, en cas de réaménagement de votre logement, il est important de le notifier à votre assureur.

A voir aussi : Top 3 des meilleurs objets publicitaires à offrir à vos clients !

Les dépendances sont-elles considérées comme des pièces ?

La notion de dépendance varie d’un assureur à un autre. Par exemple, chez certaines compagnies d’assurance, la cave est une pièce à comptabiliser. Mais pour d’autres, elle devrait être protégée par une garantie à laquelle vous devez souscrire.
De façon générale, une dépendance, n’a pas de lien direct avec le reste de la maison. En plus, elle n’est pas destinée à un usage d’habitation ou professionnel. Donc, pour considérer une dépendance comme une pièce à part entière, elle doit correspondre aux autres pièces principales en termes d’usages et d’occupations. Dans le contraire, elle demeure une simple dépendance.
Cependant, il est important que vos dépendances soient couvertes pour les risques habituels. Dans le cas échéant, en cas de dommages, l’assureur n’interviendra pas.

L’évaluation du nombre de pièces permettra à l’assureur de déterminer les risques liés à votre logement. Pour effectuer correctement ce calcul, certains critères à prendre en compte.

Est-il nécessaire de déclarer l’aménagement de combles ?

En transformant vos combles ou votre grenier en chambre ou en bureau, vous créez de nouvelles pièces. Le fait d’augmenter la surface habitable de votre maison vous « oblige » à faire une déclaration auprès de votre assureur. Cela permet à l’assurance de modifier votre contrat d’assurance habitation afin de couvrir ces espaces aménagés et les biens mobiliers qui s’y trouvent. Pour plus d’informations, nous vous invitons à visiter cette source.   

Attention, le fait de ne pas réaliser la déclaration de ces importantes transformations peut vous coûter cher. S’il a été démontré que vous avez volontairement dissimulé les travaux d’aménagement à votre assureur, ce dernier peut tout à fait annuler votre contrat d’assurance habitation. L’assurance peut même aller jusqu’à conserver les primes échues à titre de dommages et intérêts.

Mais l’erreur est humaine. Pris par les travaux, il est possible que vous ayez complètement oublié de faire votre déclaration. Ainsi, en cas d’omission, deux options s’offrent à vous. Dans le meilleur des cas, il se peut que l’assurance maintienne votre contrat, mais vous allez devoir en contrepartie accepter une augmentation de prime. Mais il est fort probable que votre assureur décide de résilier votre contrat. Pour éviter ce genre de désagrément, il est conseillé de faire votre déclaration, même si celle-ci n’est pas vraiment obligatoire.