Comment remplir la fiche patrimoniale caution ?

Comment remplir la fiche patrimoniale caution ?

Un fonctionnaire qui est bloqué sur un prêt bancaire souscrit par sa société refuse de rembourser les sommes dues à la banque parce que sa société est mise en œuvre devant le tribunal. Pour expliquer ce refus, il explique que son obligation en tant que devoir en tant que devoir est clairement disproportionnée, ce que la banque aurait dû reconnaître…

Fiche d’information : une exigence de vérification pour la banque ?

Un fonctionnaire est une garantie pour un prêt bancaire souscrit par son entreprise. Trois ans plus tard, son entreprise n’est plus en mesure de rembourser la durée du prêt et peut faire l’objet d’un recours judiciaire. La Banque se tourne ensuite contre le dirigeant pour recouvrer les sommes dues.

Lire également : Pour vendre au plus vite votre bien, un ravalement de façade peut être utile

À tort, selon le gestionnaire : il rappelle que lors de la signature d’un garant, un fonctionnaire doit remplir une fiche d’information qui permet à la banque d’effectuer tous les éléments des actifs et Reçus de dépôt

À cette occasion, la Banque est tenue de vérifier l’exactitude des informations fournies par le droit en cas d’anomalies évidentes dans le formulaire de livraison.

A lire aussi : Qui peut prétendre à un logement social ?

Une vérification qui a été omise par la banque, bien que cela aurait dû le faire, dit le gestionnaire. Il a expliqué que la fiche d’information qu’il a remplie contenait plusieurs propriétés qu’il possède.

Cependant, c’est une fausse note : la propriété ne lui appartient pas en pleine propriété, car la propriété appartient à la moitié de sa femme.

Par conséquent, afin d’apprécier la cohérence de ses actifs, il est nécessaire de réduire la valeur de l’immobilier de moitié. Et en appliquant ce déclin, son obligation en tant que devoir semble disproportionnée.

Une inconcordance que la Banque aurait constatée si son obligation de vérifier les informations seraient indiqués sur la fiche d’information.

« Non » répond à la banque : elle n’est liée par cette obligation de révision que s’il y a des anomalies évidentes. Cependant, l’erreur de l’agent n’est pas une anomalie évidente : il se rappelle que le fonctionnaire est marié sous le régime de séparation des biens. Ce type de régime matrimonial n’empêche pas un membre du couple de posséder la pleine propriété de biens immobiliers.

Par conséquent, selon la banque, le gestionnaire ne peut pas se fier à la garantie disproportionnée et le gestionnaire doit rembourser les sommes dues.

Mais le gérant est resté : son erreur était en effet une anomalie évidente, et la banque était obligée de vérifier le contenu de ses actifs. S’il ne l’a pas fait et que son obligation de devoir est disproportionnée, il ne peut rembourser les sommes dues.

Il a expliqué que quand il fourni la fiche d’information à la Banque, contient un document qui autorise expressément le notaire à fournir à la banque des informations sur les biens du notaire. Cependant, la Banque ne prend pas contact avec son notaire, comme le permet le document présenté : si cela s’était produit, son notaire aurait pu l’informer que la propriété appartenait à la moitié de chaque membre du couple et qu’il y avait une erreur dans la fiche d’information. C’est une erreur pour le gestionnaire, ce qui justifie de ne pas rembourser les sommes dues à la banque.

« Non » répond à la banque : le document ne lui a donné qu’un moyen facile de demander des informations à son notaire sur la propriété du gérant et aucune obligation de demander de telles informations.

Par conséquent, comme il n’y avait pas d’anomalies évidentes dans la fiche d’information, le gestionnaire ne peut s’opposer à une disproportionnalité de son obligation en tant que garantie et doit rembourser les sommes dues. Ceci est confirmé par le juge.

Source : Arrêt de la Cour de cassation, Chambre de commerce, 4 juillet 2018, n° 17-11837

Mesures de sécurité : Focus sur la fiche d’information… © Copyright Weblex—2018