Le chantier du métro de Rennes avance

JFO141219A

Avec un investissement de près de 1,2 milliard et la création de 5 000 emplois, la construction du métro à Rennes a été bien accueillie par la population locale. Les travaux sont à la hauteur de la portée de ce projet ambitieux. Les ingénieurs et les ouvriers s’activent pour la livraison de ce métro exceptionnel dans les meilleurs délais. Focus sur l’état d’avancement des travaux du métro de Rennes.

Les moyens de la mise en œuvre

Des dizaines de mètres se creusent chaque jour, les résultats pour finir le tunnel seront prêts en 2015. La mise en service des rames automatisées sera effective en 2019, de même que la construction d’une tranchée couverte avec plus de 15 stations. Les travaux publics initiés par la collectivité française vont couter 972 millions d’euros durant toute la durée de la réalisation du projet. Plus de 120 millions de voyageurs pourront profiter de ce métro, cela va accélérer la croissance et redynamiser l’urbanisme des quartiers populaires. Même si des remontées de mousse ont été observées durant la première phase de démarrage du chantier, la société qui est en charge des travaux du métro rassure le public. Des sondages ont été entrepris pour mieux cerner les raisons de cet incident et les solutions possibles.

L’évolution des travaux

Depuis fin 2013, la construction du métro est a mobilisé 500 entreprises bretonnes et étrangères. Actuellement une partie des travaux de fondations a été déjà effectuée, cela apporte un soulagement pour les investisseurs et les rennais, qui sont impatients d’entamer la prochaine phase des travaux. En raison de la pression sur les délais de livraison, les ouvriers travaillent sur plusieurs endroits du site pour les transferts des ateliers de fondation. Les réseaux enterrés en service sont déjà présents sur l’ensemble du tracé. Les conduites pour les canalisations d’eaux ont été déjà étudiées et deux panneaux sont déjà mises en place avec des injections de bentonite-ciment pour renforcer les terrassements à sec.

Quant au réseau électrique, 200 mètres de diamètre ont été enterrés dans les couches superficielles du sol. Grâce à des pelles mécaniques, 8 mètres de profondeur ont suffi pour effectuer les travaux de forage. Malgré les efforts entrepris par les professionnels présents sur le chantier, certains imprévus sont des obstacles, qui retardent les calendriers de réalisations de certaines livraisons. Mais cela ne décourage pas les entrepreneurs, qui estiment que les difficultés rencontrées sont normales, vu l’ampleur des travaux. En attendant 2019, les habitants de Rennes attendent avec impatience leur futur métro moderne.